a | A
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Actions AFD / Designers et designeuses, en France, bientôt vous n’existerez plus !

Designers et designeuses, en France, bientôt vous n’existerez plus !

Actions AFD | 28 commentaires
L'Insee souhaite supprimer les termes design et designers de la NAF 74.10. En un tour de stylo, c’est la suppression pure et simple d’un mot du vocabulaire de l’économie, de l’industrie et de la culture d’une profession, c’est l’anéantissement d’années de travail pour donner la visibilité qu’elle mérite à une profession. Ce n’est pas à la hauteur des enjeux économiques nationaux et mondiaux et d’une vision politique d’avenir !

Aidez-nous à défendre l'intitulé de votre métier : signez la lettre de soutien à l'AFD pour exiger le maintien de DESIGN et DESIGNER !


La statistique, ça compte

Dans le monde entier, les organismes de statistiques répertorient les métiers, leur attribuent un code, les classent et les appellent nomenclatures. Au plan mondial c’est le rôle de l’ONU, au plan régional c’est Eurostat pour l’Europe, au plan national c’est l’Insee et la Cnnes pour la France. Ces nomenclatures portent différents noms : CITI et CPC mondiales, NACE européenne, NAF française. Elles sont liées entre elles à différents niveaux (activités, produits, douanières…) pour constituer un réseau qui permet de comparer les activités économiques des pays et produire des statistiques, utiles à des fins économiques, politiques, stratégiques…

Ces nomenclatures doivent être régulièrement harmonisées par un processus complexe de recherches et de production de documents qui émanent de commissions spécialisées. Leur processus de proposition et de décision doit se faire par un processus de concertation à tous les plans : mondial, régional et national. Les acteurs sont entre autre des ministères, des administrations et des organisations professionnelles.

Tout comme ses homologues européens, l’AFD a travaillé avec la Commission européenne à l’amélioration de la nomenclature de son pays pour rendre compréhensible et visible les métiers du design au sein d’une même profession. La qualification qui était auparavant dans Professions intermédiaires a été relevée à Cadres et professions intellectuelles supérieur. Un nouveau code fédérateur NAF 74.10 Activités spécialisées de design est devenu opérationnel en 2008. [Savoir +]

La communication mondiale et régionale se faisant en langue anglaise, les nomenclatures nationales doivent faire l’objet de traductions. L’Insee est en charge de traduire en français pour les pays francophones.


Le vocabulaire aussi, ça compte
Début mai 2010, nous avons connaissance par hasard d’un projet de remplacement dans la NAF du terme designer par concepteur. Par exemple, Designer graphique redeviendrait Concepteur graphique, Designer deviendrait Concepteur de modèles, Activités spécialisées de design deviendrait Activités de conception de modèles, Web design et le champ du design numérique et du design d'interaction ne feraient même plus partie du design ! Retour à la case départ…

Nous n’avons pas été informés de ce projet de modification. Il est pourtant du devoir de l’Insee de consulter les organisations professionnelles dont dépend l’activité. L’Insee s’était d’ailleurs engagé à consulter l’AFD lors d’un rendez-vous en juin 2007. [Savoir +]

Notre étonnement est communiqué à l’Insee fin mai, avec la liste des problèmes et des confusions provoqués par cette nouvelle terminologie — la suppression pure et simple du terme “Design” ! Nous sommes en septembre, il semble que la mesure du problème n’ait pas été pesée par l’Insee à ce jour.

Utiliser « concepteur de modèles » rappelle le droit de la propriété intellectuelle, mais le substituer à designer relève d’une traduction littérale maladroite qui montre une méconnaissance des métiers du design par son auteur et son administration. En un tour de stylo, c’est la suppression pure et simple d’un mot du vocabulaire de l’économie, de l’industrie et de la culture d’une profession qui pèserait en France, comme c’est le cas en Allemagne, près de 7 milliards de chiffre d’affaires ! (Source Beda.) C’est l’anéantissement d’années de travail pour donner la visibilité qu’elle mérite à une profession, notamment par des professionnels du design. Ce n’est pas à la hauteur des enjeux économiques nationaux et mondiaux et d’une vision politique d’avenir.

La Commission européenne est d’ailleurs en désaccord avec l’Insee, et, aucun des pays francophones que nous avons consultés (Belgique, Suisse, Canada…) ne veulent de cette francisation mal placée. Ce serait oublier que le mot design a une étymologie latine* : designo, qui signifie dessiner à dessein. Le dessin étant une projection de l’idée produite par l’esprit. Designer est certes un anglicisme, mais adopté dans toutes les langues, parfois réorthographié, parce qu’aucun autre mot ne peut exprimer aussi bien la complexité du processus de création appliquée du professionnel du design, qui va bien au-delà du « concevoir ». Le Robert, dictionnaire historique de la langue française dit même de designer : « emprunté à l'anglais (design) en 1959, ce mot vient du français dessein, qui signifie à la fois dessin et but jusqu'au XVIIe siècle… »

Aujourd’hui le monde entier utilise le mot design, il est devenu universel parce que sa pratique et ses enjeux le sont.



Nous comptons sur vous
En des temps où l’innovation et le design sont mis en avant par des politiques européennes, où en France le Larousse, les écoles, les ministères de l’Industrie, de la Culture, Pole emploi et les lieux de découverte parlent la langue du design, la démarche de l’Insee fait piètre figure, à défaut d’être risible.

Pour conclure, nous demandons que l’Insee respecte son processus de concertation en consultant enfin les professionnels. En France, c’est une tâche facilité : l’AFD est le syndicat du design pluridisciplinaire et 1er par le nombre de membres, gérants d’entreprises, indépendants ou intégrés.

De plus, nous informons que si les termes design et designer venaient à disparaître de la nomenclature française, nous considérerions que la profession du design français subirait un préjudice. Préjudice que l’AFD aurait liberté d’expliquer devant les tribunaux.




PESEZ SUR LA DÉCISION DE L'INSEE : ADRESSEZ VOTRE SOUTIEN À L’AFD

Francophone, je suis et je reste DESIGNER, j’exerce et j’exercerai mon métier : le DESIGN.
Je souhaite conserver les termes NAF 74.10 Activités spécialisées de design. Je demande à l’INSEE de respecter son processus de concertation en consultant l’Alliance française des designers pour l’élaboration de sa nomenclature des métiers de ma profession, le design.

[Pétition close – Juin 2011]

Commentaires

1. Par François Caspar AFD, le 27 sept 2010 à 11h34
François Caspar AFD

@Alf
Les Québécois montrent l'exemple :
Designer Graphique : www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/5241.shtml
Designer Intérieur : www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/5242.shtml
Designer Industriel : www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/2252.shtml

2. Par AlexVoisine, le 27 sept 2010 à 15h00
AlexVoisine

Touche pas à mon métier!

3. Par Alf, le 27 sept 2010 à 16h05
Alf

Sincèrement je suis partagé entre deux sentiments :

1/ Les efforts de la profession pour sortir le mot design des méandres du grand n'importe quoi commencent à porter leurs fruits et c'est toujours compliqué, pour une profession comme une entreprise, de changer de marque sans perdre une partie de sa notoriété au passage.

2/ Le mot "concepteur de modèle" ne relève pas de la consommation abusive de drogues par les personnalité politiques comme c'était sans doute le cas avec "stylique". Concepteur = on redeviens compatible avec l'anglais, de modèle = on dit quelle partie on conçoit. C'est beaucoup plus parlant. Je suis certain que si on avait utilisé ce mot dès le début on aurait pas tous les problèmes qu'on a actuellement.

Un chef d'entreprise sait qu'il doit éviter de changer le nom de sa marque, au risque que ses clients actuels ne s'y retrouvent plus. Mais parfois il peut juger l'opération rentable.

Reste que cela ne pourrait marcher que si il y a une concertation au niveau de la profession car changer de nom en minimisant les dommages demanderai un effort important à la fois au niveau des individus : changer tous leurs supports de com, leur marque, et au niveau global : faire en sorte que la nouvelle se répande.

Si on estime que la profession n'est pas capable de fournir cet effort mieux vaut ne pas changer la marque car cela finirait en cacophonie incompréhensible et effectivement très dommageable pour la profession.

Ceux qui voudront maintenir la marque seront donc toujours en position de force sur ceux qui veulent la changer car cela ne peut se faire qui se un consensus s'établit et qu'il est supporté par la majorité des communicants.

4. Par Fer, le 27 sept 2010 à 19h27
Fer

Je trouve que c'est une bonne nouvelle.
Le terme design a une flopée d'acceptations en francais et le mot "designer" ne fait écho à aucune action, aucun rôle précis. Même les scolaires Arts appliqués ou arts décoratifs, rétrogrades et déplacés certes ont plus de sens.
Concepteur répond clairement à l'abstraction béate de designer.
Dans l'élan, je reconnais que la (les) profession(s) perd de sa visibilité, mais c'est parce qu'elle se démystifie, donc se désacralise. Et ce n'est pas plus mal.

Et puis l'usage concepteur graphique n'est pas nouveau, c'est le nom d'un diplôme francais.

5. Par Gl0ubI, le 27 sept 2010 à 22h45
Gl0ubI

En lisant ce billet, il m'est venu une question : Quelle est la différence entre un architecte et un designer ?

Sans remettre en question la notion de visibilité, un designer, ne serait-il pas un architecte spécialisé dans un domaine ?

6. Par Thibaut, le 27 sept 2010 à 23h36
Thibaut

Hum... C'est vrai que c'est tentant. Attention cependant à ne pas y voir le St Graal trop vite. Cette idée semble plus issu du cerveau fertile d'un traducteur que d'une réelle réflexion de fond.


***Et la notion de filière ?***

Lorsqu'on défend un groupement de personnes il est souhaitable que les acteurs soient fédérés autour d'une stratégie commune. Sinon le risque est de perdre en lisibilité.

Or la stratégie du moment est plutôt de défendre l'idée d'une "filière design", c.a.d. d'un ensemble de métiers qui se recouvrent sur un ensemble de compétences communes et défendent leurs intérêts ensemble. Design industriel, design graphique, design interactif, design management, etc.

Par exemple "ingénieur" n'est pas en métier en soit. Il existe des dizaines de métiers d'ingénieur. C'est simplement un titre qui permet d'identifier l'appartenance à une filière qu'on peut replacer dans les processus de l'entreprise.

Si on parle de "concepteur de modèles" on ne parle plus d'une filière de métiers mais d'un métier. Cela conviendra très bien pour un designer industriel ou web mais un analyste design, un designer d'identité de marque, un design manager, risque d'avoir du mal à se retrouver sous cette appellation.

Si on appelle ceux qui conçoivent des modèles des "concepteurs modèles" pourquoi pas. Mais ça ne suffit pas...
- Comment appellera-t-on les design managers, analystes design et autres ?
- Comment appellera-t-on la filière qui recouvre tous les métiers du design actuels ?


***Nouveau risques ?***

Je me rappelle que lorsque j'avais accès aux offres d'emploi en design industriel les 3/4 demandaient des BTS en modélisation CAO !

Nos amis dessinateurs industriels se retrouveront très bien sous cette appellation "conception de modèle".

Ça évitera l'amalgame avec l'art mais pas avec le dessin C.A.O. Je ne suis pas certain qu'un industriel devine mieux les compétences nécessaires pour réaliser un bon modèle que pour réaliser un bon design. ^_^'


***Qu'est ce qu'il faut faire comprendre ?***

*C'est quoi un modèle ?*
On parle de modèle du point de vue utilisateur et pas du modèle technique complet. Le terme modèle sans explication n'est pas nécessairement clair d'un point de vu externe.

*C'est quoi concevoir un modèle ?*
Designer = (à mon avis)
étude du contexte : besoins de l'entreprise, comprendre les utilisateur, moyens techniques, logistiques, financiers...
+ dégager des opportunités : imaginer des approches pour des produits/services/identités qui permettent donner plus de valeur ajoutée pour l'utilisateur, de se démarquer, attaquer de nouveaux marchés, accroitre la rentabilité...
+ créer le modèle : définir ce que sera le produit
+ suivit industriel

Certains industriels n'imaginent pas qu'il y ai tous ces enjeux derrière la conception du modèle de leur produit

Il faut donc aussi faire comprendre que concevoir un modèle c'est avoir une stratégie pour qu'il soit adapté à ses utilisateurs (à son marché quoi) et aux problématiques de l'entreprise.

Il y aurait donc tout un travail de com à faire pour définir :
- Ce qu'est un modèle.
- A quels enjeux doit répondre un modèle.


***Est-on capable de changer de nom ?***

Je suis sensible à l'argument selon lequel il faut fournir un effort important pour changer de nom. Au delà des risques, cela demande de s'entendre en très large majorité sur le sujet. Or le constat actuel est plutôt que la filière a du mal à se coordonner : http://design-keys.org/450/billet-dhumeur-le-metier-du-design-est-il-atomise/

Après qui ne risque rien n'a rien évidemment. ^^

*** My conclusion ***

Je pense que le débat du nom n'est pas stérile. Toutefois si l'aboutissement de cette situation est que le terme design est utilisé par certains acteurs et que d'autres utilisent le terme concepteur de modèle il vaudrait mieux très vite leur signaler qu'en l'absence de consensus on aboutira qu'à fragiliser la profession et qu'il est temps de re-créer le dialogue...

Petite note... Ce terme "modèle" est peut-être intéressant et à conserver dans le vocabulaire à la place de "un design". Cela replace le design dans le processus d'industrialisation qui part d'un modèle pour le produire en série. Il me semble que ce terme est également utilisé par les ingénieurs. Peut être préciser "modèle utilisateur" ou quelque chose comme ça pour faire comprendre la valeur ajoutée propre du design.

7. Par Yala, le 28 sept 2010 à 01h26
Yala

Enfin !!!
Enfin un mot qui veuille dire quelque chose.
Enfin un mot français qui puisse se partager avec les anglo saxons.
Enfin un mot qui dit un métier.
Enfin un mot valorisant pour les professionnels.

La nouvelle me semble très bonne. Le changement souhaitable. Les perspectives enthousiasmante.

Le design est trop souvent perçu, y compris par les commanditaires, comme un coup de frais, un relifting, un changement de couleur alors c'est ça mais surtout beaucoup plus que ça. La conceptualisation d'un modèle, là on évoque la valeur ajoutée apporté par le professionnel ayant les compétence pour.

8. Par Georges Thisse, le 28 sept 2010 à 07h58
Georges Thisse

Une provocation pour la profession, qui pourrait être salutaire si enfin elle sortait de ses querelles dépassées et se battait pour faire comprendre qu'elle n'est pas que décoration. Du reste les termes proposés par l'INSEE la sort de ce carcan très français, de cette myopie française où on ne voit le design que dans les pages décoration, mode, art de vivre, de nos journaux et magazines, comme du stylisme, limite farfelu.

9. Par gaia_82, le 28 sept 2010 à 10h08
gaia_82

Je suis partagée ... Le mot "design" n'est pas très bien compris dans les pays francophones. J'en connais des gens qui mettent sur leur carte de visite "designer", et du coup, se pose la question fatidique "designer oui! mais en quoi ? "
Malheureusement, force de constater qu'il n'en est rien et que le mot fait tape à l'oeil.

Or, les anglo-saxons ont parfaitement scindé ce terme en l'affublant d'indices "product design, graphic design, web design, textile design" ... alors même si on tente de régler ce souci de précision en retranscrivant ces différents métiers en français, le mot "design" marque malgré tous les esprits ...

Au fait, on l'entend souvent le terme de "designer graphique" non ???

10. Par Hugo, le 28 sept 2010 à 11h14
Hugo

> Début mai 2010, nous avons connaissance par hasard
> d’un projet de remplacement dans la NAF du terme designer
> par concepteur.

Preuve une nouvelle fois du conservatisme français, qui préfère à un mot, certes anglais mais surtout international, se démarquer pour tenter d'affirmer une "exception" culturelle française. Cette même exception qui plonge la création en France dans un passéisme et une stagnation sur un plan international depuis 40 ans. Du toubonnisme aigu, en quelque sorte, quand au même moment au Pays-Bas, en Belgique ou en Allemagne, il n'est pas rare de voir dans les rues des pubs en anglais ou des films en VOST plutôt qu'entièrement doublés.

Et puis j'entends dire que le terme "design" est tellement galvaudé qu'il vaut mieux le laisser tomber. Effectivement, dans la bouche du "grand public", il est employé comme un adjectif, pour décrire tantôt le minimalisme, tantôt la contemporanéité d'un objet.
Autant dire d'une baguette de pain qu'elle est "terriblement boulangerie". Mais voilà, puisqu'il ne faut surtout pas perturber les habitudes des français ou leur dire que ce qu'ils disent n'a pas de sens, il faut trouver autre chose. Et si cette autre chose peut-être 100% française, alors allons-y, quitte à n'être compris que de nous, de toute façon les autres on s'en fout.

Donc, pour ma part, oui aux termes "design" et "designer".

11. Par Ely, le 29 sept 2010 à 10h23
Ely

Je signerais volontiers car cette "traduction" ne me convient pas.

Mais voilà un problème: je suis designer textile et ma profession n'entre dans aucun des champs proposés.

Les designers textiles vivent déjà dans la quasi-invisibilité.
Alors... :o/

12. Par Emmanuel, le 29 sept 2010 à 15h33
Emmanuel

Ce changement de nom me semble une très bonne nouvelle !
Ca fait un barbarisme anglo-saxon de moins... Je ne comprendrais jamais pourquoi certains continuent d'utiliser des mots anglais incompréhensible quand de bonnes alternatives françaises existent...

Sans compter que le franglais c'est un peu passé de mode !

13. Par Lashon, le 29 sept 2010 à 20h53
Lashon

Bonjour,
Je suis, entre autres, Web Designer. Pour le commun des mortels, ce n'est déjà pas simple. Pour expliquer en quoi mon métier consiste, il faut toujours ajouter 'conception de sites web et leur réalisation technique'.

Si j'ai bien lu votre article, le terme Web Designer n'est remplacé par rien pour le moment, c'est cela qui est plutôt inquiétant. Pour faire rapide je suppose que l'on aura 'Concepteur Web' ?

En terme de référencement aussi nous allons subir un préjudice. Pourquoi la France ferait-elle différent de tous les autres pays ? Internet a ses règles, le commun des mortels et les entreprises qui recherchent un Web Designer ou un Concepteur Web, que va-t-il taper dans Google ? Croyez-vous qu'il va subitement tenir compte du nouveau terme, et comment sera-t-il au courant ?

14. Par Lion, le 29 sept 2010 à 21h43
Lion

Concepteur est bien plus parlant que "designer", qui porte a confusion et qui ne veut rien dire en français. Enfin le français se réveille!

15. Par le CA AFD, le 29 sept 2010 à 23h01
le CA AFD

@Lion<br />
Le Robert, dictionnaire historique de la langue française dit de <em> designer</em> : « emprunté à l'anglais (design) en 1959, <strong>ce mot vient du français</strong> <em>dessein</em>, qui signifie à la fois <em>dessin</em> et <em>but</em> jusqu'au XVIIe siècle… » <br />
Comme les différentes disciplines du design, les langues ne cessent de s'influencer, de se mélanger, de s'apporter mutuellement :-)<br />

16. Par François Caspar AFD, le 30 sept 2010 à 18h13
François Caspar AFD

@Ely

Bonjour Ely, le textile est classé dans le produit. Cdt.

17. Par Thibaut, le 01 oct 2010 à 00h54
Thibaut

En ce qui me concerne je ne pense pas qu'il faille s'inquiéter des racine du mot design. Si il est français, ok. C'est plus son image auprès du public qui m'inquiète.

Les questions que je me posent sont, plus concrètement :
- ce nouveau terme est-il adapté ?
- est-ce une bonne idée de changer de nom maintenant ?

18. Par ad, le 04 oct 2010 à 15h20
ad

J'aurai bien voulu signer cette lettre de soutien parce que j'adhère au fait que la particularité du design (et que le terme "concepteur de modèle" ne peut pas rendre compte) tient dans le lien entre dessin et dessein (but), mais parmi les champs à remplir obligatoirement dans la fiche de coordonnées, on ne nous donne le choix qu'entre cela :
-Designer de produits/Textile
-Designer d’espaces/Scénographie
-Designer de messages/Communication
Comme quelques uns parmi vous, mon activité ne rentre dans aucun de ces champs : il faudrait peut-être donc commencer par balayer devant notre porte pour prétendre défendre l'ouverture d'esprit et la multiplicités des pratiques que recouvre grassement le terme design...
On n'a certainement pas besoin de tout nommer mais il me semble qu'il y a des gens qui pratiquent le design "d'interface", "d'interaction", "numérique", "de service", etc.

19. Par jesse, le 04 oct 2010 à 16h35
jesse

Bonjour à tou(te)s,

Comme beaucoup, je dois avouer que j'aime bien le mot concepteur, au point que je le met sur ma carte de visite, parfois. Par contre, là où je rejoins cette pétition, c'est qu'une telle décision devrait obligatoirement être sous-tendue par une stratégie et des moyens adéquats (je dérape un peu, mais j'en ai marre de ces "décideurs" qui cherchent des résultats chiffrés plutôt que des dynamiques de changement). Or, juste après ce mot concepteur, que vois-je? MODÈLE!!! Là, on se moque de nous. Sommes-nous juste bon à produire des enveloppes Soleau? N'y a-t-il pas dans le métier de designer industriel une ambition un poil plus grande que de dessiner des MODÈLES?... Il est donc clair pour moi que ce changement d'appellation a des relents de "toubonnisme" et aucune ambition intelligente, même si le mot concepteur pourrait en allécher quelques uns.
Sur ce, bon travail à tous et bon courage!

20. Par François Caspar AFD, le 04 oct 2010 à 17h58
François Caspar AFD

@ad
Design d'interface", "d'interaction", "numérique", "de service" est classé dans design de "message-communication". Nous avons repris les 3 grands domaines de la classification internationale.

21. Par François Caspar AFD, le 04 oct 2010 à 18h09
François Caspar AFD

@jesse

Chacun est bien sûr libre de s'intituler comme il veut sur sa carte de visite. Aucune intention d'uniformiser nos professions. Au contraire, design est un dénominateur commun qui se complète d'une discipline. Les enjeux de la classification, de sa terminologie et de son application sont développés ici : NAF 74.10 : un groupe fédérateur

À propos de la définition et la légitimité des termes design et designer, vous pouvez lire : Design, ce mot

22. Par François Caspar AFD, le 04 oct 2010 à 18h27
François Caspar AFD

@Lashon

'Concepteur Web' effectivement peut faire penser à "Concepteur informatique", ce qui crée de la confusion.

23. Par François Caspar AFD, le 04 oct 2010 à 18h30
François Caspar AFD

@Emmanuel

Design, c'est du français :) >> http://www.alliance-francaise-des-designers.org/blog/2010/10/03/design-ce-mot.html

24. Par Thibaut, le 18 oct 2010 à 19h44
Thibaut

Comme tout le monde, le terme design me pose des problèmes au jour le jour.

Galvaudé :
Certains industriels fuient en courant. Et ça va plus loin, à une soirée une jolie fille me demande si j'expose dans une galerie, comment voulez-vous draguer si cous êtes obligé de la décevoir ? ^_^'

Confusant avec l'anglais :
Toujours la même rengaine avec les ingénieurs... L'exemple type : "oui moi aussi je suis designer sur ma fiche de paye, hydrolic systems designer. Sinon tu fais quoi ?" Ben du "design", en français.


Et pourtant j'ai décidé de signer la pétition.

Pourquoi ?

Par ce que la démarche de l'INSEE n'aboutira qu'à fragiliser encore la profession. Si on se retrouve avec différents noms à droite à gauche, effectivement on existera de moins en moins... Une filière c'est un nom, qui permet de la situer. Si tout le monde joue au chat et à la sourie avec le nom dans son coin la filière n'aura tout simplement plus de nom, ne sera plus identifiable, et donc n'existera plus en tant que tel.

Il y a tout un travail à faire pour faire comprendre le design d'un point de vue professionnel. Mais ce n'est certainement pas en agissant chacun seul dans son coin qu'on y arrivera.

Que serait-il arrivé au marketing si il avait perdu son nom ? Et pourtant "marketing" pour le coup c'est franchement anglais...

25. Par Dave, le 29 nov 2010 à 16h49
Dave

Je ne vois pas le mot français "Mercatique" être utilisé... pourquoi alors supprimer "design" qui est aussi universelle?

26. Par java, le 21 mai 2012 à 17h14
java

Ah enfin un bon coup de pied dans la fourmilliere!.
Frontalière avec Genève je ne retrouve pas de job et oui là bas c'est Designer web ou java et Architecte banquaire !!!!

Et puis désormais je n'ose plus dire mon job, en ayant vu certaines mines dédaigneuses ( genre t'es "designer" M'enfin tu te crois où?!) Ca ne parle vraiment pas aux gens même pas aux patrons de PME!!! Alors que si il savait....

Bref suis créative...

27. Par aborig, le 14 fév 2015 à 12h01
aborig

si çà ne tenait qu'à une nomenclature ...
Les boites de comm et de pub nous ont fait beaucoup de mal.
Leurs dirigeants, férus de marketing et habitués à vendre du concept, du vent, ont détruit notre metier en le rabaissant à une marchandise gratuite. En vendant une campagne, on offre le logo au passage. et on le fait faire par un stagiaire gratuit qui vit chez papa maman. J'ai vu çà chez maccann...
Il faudrait peut etre commencer par changer l'image du design chez les clients, les chefs produits, les directeurs marketing ou commerciaux, adeptes du j'aime j'aime paset avec une culture visuelle proche du zero. Si on intégrait le design comme cours chez ESSEC, HEC et consorts, on pourrait enfin distinguer un designer graphique d'un infographiste qui a fait un stage de 6 mois pour apprendre la troika.
Alors le code Naf du design ...

28. Par despm, le 24 oct 2015 à 15h08
despm

En effet! le mots design et le "designer" n'as jamais eu le sens que j'attendais! a ma surprise quand j'ai commencer a apprendre l'anglais.
Elevé chez un ingenieur ,le mot design du verbe désigner dans le sens de : démontrer, signifier,agencer,perfectionner,rassembler des technologie pour designer, définir, une nouvelle possibilité,ouvrir une perspective. donc je signifierai cette action de chercheur a l’appellation de "disaîgneur" et non pas "designer" qui ce limite trop souvent a du mobilier. Pardonnez moi mais quelqu'un qui fais du mobilier chez moi ont appelle ça un Ébéniste.

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font six moins deux ? (chiffres)