a | A
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Liste noire Appels d’offres-Concours-Crowdsourcing / Blacklisté : Marseille-Provence 2013

Blacklisté : Marseille-Provence 2013

Liste noire Appels d’offres-Concours-Crowdsourcing | 15 commentaires
Appel à projet création du logo et de la charte visuelle de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture
Première phase de présélection sur présentation d’une note d’intention graphique : les recherches et les premiers projets ne sont pas rémunérés.
Site : www.marseille-provence2013.fr
Dans le règlement au 24/07/2009, il est écrit :

En titre : « Appel à projet »
Analyse AFD Il n'est pas écrit « Appel d'offre » ni même « Concours »… Ce qui aurait pour effet de ratacher cet « Appel » à des règles de marchés publics ou de concours professionnels.

« Cadre de l’appel à projet :
[…]
L’appel à projet se réalisera en deux temps :
— Une phase de présélection sur présentation d’une note d’intention graphique (voir inscription article 2).
— Une phase de sélection sur présentation d’un dossier complet (voir sélection, article 6). »
« ARTICLE 2 : […]
3. Une note d’intention présentant concept, orientations, approche d’un logo et d’une charte
pour le projet de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. Le candidat pourra
facultativement et sans caractère obligatoire joindre à la note d’intention, une note d’intention graphique.
»
Analyse AFD En candidature de marché public il est toujours demandé une note d'intention, qui généralement ne contient aucun document graphique. La formulation est insidieuse, équivoque et se désengage. C'est une porte ouverte dans laquelle vont se précipiter de nombreux graphistes, en fournissant, bien entendu, des pistes graphiques pour se démarquer de ceux qui s'en seront passées. Donc, cette formulation pousse au travail sans rémunération sans le dire ouvertement, on « appel à projets », un comble de perversité !
Pour que la règle du jeu soit équitable et la même pour tout le monde, il conviendrait d'écrire :
« 3. Une note d’intention présentant la vision du candidat pour le projet de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. À ce stade de la candidature il est rappelé qu'il n'est pas demandé de note d’intention graphique. »

« ARTICLE 4 : Un conseil artistique sera chargé de la présélection des projets retenus. Il sera composé d’une dizaine de professionnels comprenant des graphistes, artistes, chargés de communication français et internationaux, responsables de Marseille-Provence 2013. La présélection des projets sera faite par le jury du 16 au 20 septembre 2009. La liste des membres du conseil artistique sera communiquée dès sa composition. »
Analyse AFD Quelle est la proportion de professionnels du design graphique ? Pour être conforme à la Charte des concours des arts visuels, les organisateurs doivent en premier lieu désigner un jury composé d’au moins un tiers de créateurs professionnels dont la pratique touche le sujet du concours en question.

Prix
ARTICLE 8 : Les participants non retenus ne seront pas dédommagés pour leur participation à l’appel à projet.
Les participants retenus recevront 2000 € pour finaliser leur projet et le présenter à l’équipe de direction de Marseille-Provence 2013.
Analyse AFD Cet article confirme bien l'intention de recevoir un maximum de projets sans les payer ! Depuis quand c'est le commanditaire qui fixe les prix ? 2000 euros pour un tel travail finalisé, c'est de l'argent de poche !

Commentaires

1. Par TT, le 01 sept 2009 à 15h02
TT

Nous nous apprêtions à envoyer 15 vilains crobards faits par des gens dans la rue en guise pistes créatives. on est ravies de voir que cet appel d'offre moisi est répéré.

2. Par Bediez, le 09 sept 2009 à 12h54
Bediez

Le jury :
Le comité artistique se tiendra le 17 septembre toute la journée. Il est composé de : Jean-Pierre Blanc, directeur de la Villa Noailles (Hyères/France) / Hubert Colas, auteur, metteur en scène et scénographe, co-directeur de Montévidéo (Marseille/France) / Marie Ducaté (Marseille/France) / Etienne Hervy, rédacteur en chef d'étapes:, commissaire d'expositions (Paris/France) / Pierre Ponant, commissaire d'expositions, journaliste, enseignant (Paris/France) / Etienne Robial, directeur artistique, professeur d'art graphique (Paris/France) / Adrian Shaughnessy, graphiste, contribue à de nombreuses revues dont Eye et Creative Review (Londres/Grande-Bretagne). Emily King, historienne du design, rédactrice en chef de Frieze, commissaire d'expositions (Londres/Grande-Bretagne) rejoindra le conseil artistique pour la sélection finale.

Je compte donc 2 "créateurs professionnels dont la pratique touche le sujet du concours en question" soit moins du tiers.
En revanche je vois que la Revue Étapes cautionne donc cet appel.. :(

3. Par François Caspar AFD, le 10 sept 2009 à 13h02
François Caspar AFD

Nous publions un courrier reçu de l'organisation du concours, Friche de la Belle de Mai, le 30 juillet.


Monsieur,

Je vous contacte sur les conseils […] d’Etapes : avec qui j’ai été en contact au sujet de l’appel d’offre que nous avons lancé : la création du logo et de la charte visuelle de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture.

[…] m’a informée du black-listage de cet appel à projets. N’arrivant pas à vous joindre par téléphone, je me permets de vous adresser ce courrier afin de vous donner quelques précisions en réponse à l’analyse que vous en faites.

Nous avons pris beaucoup de temps pour rédiger ce document, essayant d’être le plus égalitaire possible entre les publics touchés par cet appel à projets. Nous avons à la fois consulté […], des responsables de structures d’Art contemporain, des photographes, des graphistes. Les débats ont été nombreux.

Parce que la pluridisciplinarité des arts est au coeur de notre projet (et de notre projet de communication), parce que nous avons à coeur que les jeunes graphistes comme les artistes provenant d’une autre discipline (que le graphisme) ne soient pas pénalisés par une présélection seulement sur présentation de travaux antérieurs (comment estimer la capacité d’un photographe à réaliser une charte visuelle?!), nous avons pensé qu’une note d’intention graphique pouvait être la bienvenue. La première version de l’appel à projets, avant discussion avec […] demandait donc une note d’intention et une note d’intention graphique en documents obligatoires. Après discussion avec lui, conscient du problème d’un travail sans rémunération, nous avons décidé que seule la note d’intention serait obligatoire.

Pour reprendre les points que vous avez soulevés :

1. La note d’intention graphique
Je vous accorde le manque de clarté, et pour cause, je dois reconnaître que c’était une erreur. Le cadre de l’appel à projet comportait encore trace de l’ancienne version tandis que l’art. 2, corrigé, ne mentionnait la note d’intention graphique que de façon facultative.

2. La liste des membres du comité artistique.
Non précisée car j’attends encore des réponses de leur part. Mais je peux vous communiquer les personnes que nous avons convié : […]
Dans le cas de réponses négatives nous ferons appel à des professionnels des domaines des arts graphiques, artistes, etc comme précisé dans l’appel à projets.

3. Concernant le prix.
Effectivement nous ne pourront pas rémunérer tous les participants mais les 6 candidats présélectionnés recevront chacun 2000 € pour approfondir leur projet.  

4. L’appellation appel à projets
L’état d’esprit étant effectivement d’en faire un concours, ouvert au plus grand nombre, nous l’avons renommé concours, ce qui est effectivement ce qu’il est. Dans la mesure où nous recevons de nombreux projets artistiques liés à la programmation de la capitale, l’appellation l’appel à projets “graphiques” s’inscrivait dans ce prolongement. Je vous l’accorde, la formulation était peut-être mal appropriée.
Compte tenu de tous ces points, nous avons recorrigé cet appel à projet/concours, essayé d’y apporter plus de lisibilité en le divisant en plusieurs documents (le cadre du concours, le règlement du concours, le calendrier). Je vous adresse la nouvelle version du règlement.

L’attention que vous portez à défendre les designers est fondamentale. Toutefois, nous ne sommes pas tous, commanditaires, des esprits pervers. Vous savez justement analyser les défauts des procédures ; mais si je me permettre : j’aurais préféré recevoir votre analyse dans ma boite mail, avant de la trouver publiée sur internet, ou du moins en recevoir copie de votre part. Il me semble qu’avec de l’échange, nous arrivons tous à de meilleurs résultats ...

Je reste disponible pour parler de tout cela avec vous.

——————————————

La réponse à ce courrier par l'AFD le 10 septembre.

Madame,

je vous remercie de votre courrier, que nous avons lu avec attention.

En ce qui concerne votre souhait d'une meilleure communication entre nous, sachez que nous regrettons bien aussi d'avoir découvert votre règlement au moment de sa parution… Quelle marge de manœuvre nous reste-il dès lors ?

Outre les personnes que vous avez consultées, il vous était simple d'interroger un organisme professionnel. Vous savez que toute profession est représentée par des syndicats professionnels. Ils sont là pour aider à établir les meilleures pratiques, notamment pour les concours. L'ordre des architectes est consulté car l'architecture est une profession réglementée. La nôtre ne l'est pas, mais cela ne signifie pas l'absence de déontologie.

Pour le graphisme et les autres disciplines du design, c'est facile, il n'y a qu'un seul syndicat représentatif, c'est l'AFD. Inscrivez "Syndicat graphiste" ou "Syndicat design" sur Google, par exemple : vous nous trouvez. De plus, je doute que le magazine Étapes, avec qui nous sommes en contact constant, ne vous ait pas parlé de l'AFD en amont de la publication de votre concours.

Vous parlez des photographes et des artistes. Sachez que nous travaillons avec leurs organisations professionnelles au sein de l'Intersyndicale des arts visuels, qu'elles partagent exactement notre position et soutiennent notre action. En témoigne la Charte des concours écrite en commun, disponible sur notre site.

Nous avons lu votre nouveau règlement. Nous voudrions bien vous croire, cependant, sa lecture ne lève pas les ambiguïtés de l'esprit qui anime la démarche de votre concours, que nous dénonçons. Il montre la méconnaissance des droits et des bonnes pratiques qui régissent nos professions. C'est pourquoi il reste sur notre liste noire. Nous vous faisons part de nos commentaires ci-dessous.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

——————————————

Commentaires AFD sur le nouveau réglement du concours (Télécharger le fichier)

ARTICLE 2
« 3. Une note d’intention présentant concept, orientations, approche d’un logo et d’une charte pour le projet de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. »
« 4. Chaque feuille composant le dossier mentionnera au verso : le nom, prénom et le numéro de dossier obtenu lors de l’inscription. Si le projet de logo est une oeuvre de collaboration de plusieurs artistes, les noms des différents collaborateurs doivent figurer au verso des feuilles. Devra y figurer par ailleurs le nom de la personne référente qui a réalisé l’inscription. »
« 5. Une version numérique du projet. »
Analyse AFD
— Point 1 : la formulation reste ambiguë. Pourquoi ne pas clairement dire qu’aucun projet graphique n’est demandé ? Peut-être parce que c’est tout simplement impossible ? En effet, comment présenter par écrit un concept graphique sans en commencer l’étude, ne serait-ce que pour vérifier que le concept est réalisable ?
— Point 4 : les mots ont leur importance, on parle bien de projet et d’œuvre, de collaboration ou pas…
— Point 5 : une version numérique du projet… Un texte sous Word ? Une image ? …

ARTICLE 6
« Le dossier comprendra les livrables suivants - En ce qui concerne le logo : sa finalisation »
Analyse AFD
Finalisation sous-entend qu’on a bel et bien attendu des projets en phase de présélection…

ARTICLE 8
Les participants non retenus ne seront pas dédommagés pour leur participation à ce concours. Les candidats retenus recevront 2000 € pour finaliser leur projet et le présenter à l’équipe de direction de Marseille-Provence 2013.
Analyse AFD
2000 €, c’est une aumône pour le travail à rendre. Quand on n’a pas les moyens, on n’organise pas de concours et on ne fait pas venir des personnalités des quatre coins de la France, voire du Maroc à grands frais. On ne partage pas un budget de 12000 euros pour 6 candidats retenus, mais pour 3.

ARTICLE 9
Le lauréat du concours recevra un prix de 40 000 €, pour le logo et la charte visuelle libres de droits.
Analyse AFD
En France et en Europe, la mention « Libre de droits » est illégale et nulle.

ARTICLE 10
Le lauréat du concours s’engage à détenir les droits d’auteurs du logo et de la charte qu’il présente pour le présent concours. Sous réserve du respect de ses droits moraux, il cède expressément à Marseille-Provence 2013 les droits de propriété intellectuelle afférents à son oeuvre. Cette cession est consentie à titre exclusif jusqu’au 31 décembre 2014.
Analyse AFD
C’est pratique, quand c’est le client qui fixe le prix, ça lui coûte moins cher… 40000 euros pour la création du logo et de la charte peuvent paraître beaucoup d’argent. Mais on ne connaît pas le nombre de déclinaisons à travailler ni la complexité de la charte. De plus, 4 années de droits exclusifs compris, de qui se moque-t-on ? Une cession de logo plus charte pour une utilisation de cette ampleur pourrait se situer entre 40000 € et 90000 € supplémentaires.

4. Par papayaga, le 10 sept 2009 à 17h33
papayaga

Ponant étant journaliste pour étapes ça fait deux personnes d'étapes dans le même Jury !

Ça fait beaucoup de monde pour soutenir un concours bidon, merci Monsieur Robial !!!

Qu'en pense la préposée au graphisme de la DAP ?

5. Par jeanba3000, le 11 sept 2009 à 12h10
jeanba3000

Salut les gens !

« comment estimer la capacité d’un photographe à réaliser une charte visuelle »

Confondre des métiers n'est pas interdisciplinarité, donc c'est simple : ce n'est pas le métier d'un photographe de concevoir une charte graphique.

6. Par Bediez, le 11 sept 2009 à 12h19
Bediez

Bonne remarque papayaga... :)

J'invite les personnes ne désirant pas cautionner ce "concours" à envoyer même par e-mail (après s'être inscrit sur le site MP2013) une lettre de refus de participation (accompagnée du document de l'AFD), en précisant qu'elle soit transmise aux membres du jury.
Plus il y en aura, plus cet appel sera discrédité.

La mienne est partie hier.

7. Par François Caspar AFD, le 22 sept 2009 à 13h10
François Caspar AFD

@papayaga

Bonjour,

on peut comprendre le souhait que les professionnels membres d'un jury soient solidaires avec notre démarche. Toute fois ils ne sont pas responsables de l'organisation d'un concours et le temps peut manquer parfois pour lire un règlement, l'urgence de nos vies professionnelles oblige. Donc évitons les amalgames.

Madame Chantal Creste de la DAP soutien notre point de vue. Messieurs Étienne Robial et Étienne Hervy m'ont informé avoir fait part de leurs réserves aux organisateurs lors de la cession de jury, et avoir opéré la sélection parmi environ 150 projets sans tenir compte des propositions graphiques (il y en avait).

J'ai l'espoir (la naïveté ?) de penser, qu'à la longue, si une plus large majorité de professionnels ne répond plus aux mauvais concours, il n'y en aura plus de tels.

Signe encourageant, on peut voir quelques agences de publicité, pourtant à l'origine du free pitching depuis les années 1980 (lire Dites NON aux idées gratuites), réagir (www.stop-aux-compets-bidons.com) et rejoindre ce que les syndicats de designers préconisent depuis des années (lire Les marchés publics : règles du jeu).

8. Par Bediez, le 22 sept 2009 à 14h59
Bediez

MP2013 m'avait ASSURÉ que TOUTES les propositions graphiques ne seraient pas transmises. Que seules les notes d'intentions écrites le seraient :(

Mon courrier de refus à été transmis aux membres du jury.
J'espère également qu'à l'avenir d'autres en feront de même pour appuyer notre démarche ...

9. Par François Caspar AFD, le 27 sept 2009 à 23h09
François Caspar AFD

@Bediez

Il y en avait, mais elles n'ont pas été transmises, confirmé par Étienne Hervy d'Étapes. Faisons avancer les choses (le black-listage à ses limites) en diffusant plus largement notre document Les règles des appels d'offres de la commande artistique et du design aux collectivités locales, de sorte que les appels d'offres soint mieux organisés en amont de leur parution.

10. Par kik, le 08 avr 2010 à 17h19
kik

Je viens de recevoir ça :

Marseille 2013... en 2018 ?
« Après examen de l'ensemble des projets présentés dans le cadre du concours lancé le 30 juillet 2009, et compte tenu de l'importance stratégique du choix du logo et de l'identité visuelle de la Capitale européenne de la culture, le Conseil d'Administration a décidé de déclarer le concours infructueux. » Le verdict est sans appel, on aimerait croire à un poisson d'avril mais c'est plutôt une couleuvre qu'il faut avaler. Rappelons que l'association Marseille Provence 2013 avait retenu et auditionné 9 candidats (sur 150) en novembre 2009 : « Un choix élargi qui s'explique par la qualité des dossiers proposés », nous expliquait Michel Cerdan, le dircom, dans ces mêmes colonnes, en précisant que Marseille 2013 pourrait porter ses nouvelles couleurs à la fin de l'année 2009. Les 9 artistes/graphistes/plasticiens sélectionnés auront sans doute légérement blêmi à l'annonce du mot « infructueux », qualificatif régulièrement employé dans les résultats de marchés publics. Oubliés la « qualité » de leurs dossiers et le temps consacré, définitivement perdu. « L 'association définira dans le courant du mois d'avril un cadre de travail adapté permettant de produire une identité visuelle », poursuit le Conseil d'Administration. On est rassurés. Les différents partenaires, institutionnels et privés, devraient tomber d'accord vers 2018.

11. Par le CA AFD, le 10 avr 2010 à 20h58
le CA AFD

@kik

On croit souvent qu'une association est une structure juridique publique. Il n'en est rien et il est intéressant de noter que cette confusion est très répandue. Est-ce parce que beaucoup d'associations reçoivent des subventions, qui elles, sont publiques ?

Nous ne critiquons pas les personnes qui feraient cette confusion : tout est fait par des dirigeants pour entretenir cette confusion afin de s'offrir une image d'honnêteté, pour le bien commun. D'ailleurs, « infructueux » est un terme du vocabulaire des marchés publics…

Tout concours qu'une association propose, comme celui d'une société ou tout organisme privé, n'est pas soumis aux règles des marchés publics. C'est donc le droit des contrats qui s'applique. Le contrat, c'est le règlement. S'il ne prévoit rien, l'émetteur du concours est libre de sa décision et libre de ne pas se justifier.

Les membres du jury de ce concours, qualifiés, pourraient exiger des organisateurs (le CA) une explication. Rien n'empêcherait aux organisateurs d'apporter une… bidon.

Cette histoire montre que quand, dès le début, un règlement de concours est mal rédigé et flou, le résultat n'est, hélas, que très rarement à la hauteur des espérances de ceux qui y participent.

12. Par zinz13, le 06 juin 2010 à 08h10
zinz13

Bonjour

Juste dénoncé ce genre de site relayé par VIADEO.
C'est lamentable de leur part.
Encore une fois notre métier ne vaut plus grand chose :-(
zindine aksa

13. Par Bediez, le 23 juin 2010 à 17h38
Bediez

Je tiens juste à dire que ce blacklistage à fait du bruit car cela fait plusieurs appels d'offres (CG13, Mairie...) que j'ai pu consulter ici (à Marseille) qui tendent à respecter (un peu plus) la charte, et leurs responsables (encore ce matin) le cite comme une référence à ne pas faire.. :)
Cela aura au moins servi à ça...
Reste que la question du logo est toujours en suspend, et que le directeur de MP2013 n'a jamais voulu s'exprimer sur le sujet..... même après une "fronde" récente via un buzz médiatique (et graphique) sur les réseau sociaux..
E.B

14. Par Talent, le 14 nov 2010 à 16h12
Talent

Bonjour

Merci pour ce post très complet et instructif. Confirmant d'ailleurs mes propres réflexions sur les marchés publics.

Je cherche concernant Marseille - Provence 2013 - les heureux gagnants des différents projets proposés.
J'ai beau recherché cette information - elle reste introuvable.
Les dossiers étant très complexes - le choix n'a pas du être simple.
Mais avoir une situation globale des différents futurs intervenants - voila quelque chose qui peut-être enrichissant. Que ce soit des associations - des entreprises - des agences - des freelances ou des designers...

Merci d'avance - si vous avez cette information.

15. Par le CA AFD, le 15 nov 2010 à 17h20
le CA AFD

@Talent<br />
Bonjour, nous n'avons pas cette info. Il faudrait demander directement aux organisateurs. Cdt.<br />

Ajouter votre commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
En quelle année était-on en juillet 2006 ?