a | A
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Actions AFD / Retour sur l’appel d’offres du Lieu du design en Ile-de-france

Retour sur l’appel d’offres du Lieu du design en Ile-de-france

Actions AFD | 0 commentaire
Le « Lieu du design », futur outil du conseil régional d'Ile-de-France pour la promotion du design, lance un appel d'offres pour son identité visuelle : logo, papeterie, site Internet. À la suite d'un premier appel d'offres, l'association sélectionne 6 agences pour participer à ce concours. Notre surprise est grande lorsqu'à la lecture du règlement, nous nous apercevons qu'il est demandé aux candidats de fournir sans contrepartie financière un travail évalué à une cinquantaine d'heures minimum, soit un montant moyen de près de 4000 euros.
Sans être né, le Lieu du design accroche à son tableau de chasse une des pires perversions du code des marchés publics contre laquelle l'AFD se bat : la demande de prestations non rémunérées, et qui plus est, après avoir sélectionné comme il se doit des candidats.

Vendredi 28 novembre, nous contactons les responsables du Lieu du design pour leur faire part de notre indignation et les avertir, qu'en l'état, leur appel d'offres sera dénoncé sur notre site et que nous ne manquerons pas d'alerter comme il se doit les institutions de tutelle. Nous entendons de leur part les arguments habituels : « c'est une chance offerte aux designers », « qu'eux-mêmes participent à des appels d'offres non rémunérés », « que le code des marchés publics n'oblige pas à rémunérer », « que le lieu du design n'a pas de budgets... » (pour qui connaît les loyers de leurs futurs bureaux, c'est risible !)

Nous les invitons néanmoins à venir nous rencontrer d'urgence afin de discuter de ce problème et d'entendre les recommandations de l'AFD, premier syndicat français des designers. Après quelques échanges téléphoniques, vers 19 heures le même jour, les responsables du Lieu du design nous informent que finalement ils s'engagent à dédommager les candidats à hauteur de 500 euros.

500 euros... De quoi nous éviter de blacklister cet appel d'offres, mais le montant de cette prime ne doit pas faire oublier que, au regard des projets exigés, le quadruple constituerait un minimum. Il eut été plus constructif de leur part de prendre les devants en nous contactant, pour les aider à établir un règlement plus respectueux de notre profession.

En conclusion, nous nous réjouissons que l'action de l'AFD, accompagnée de celles d'autres acteurs du monde du design, comme Monsieur Gaté de DesignFax, ait permis aux responsables du Lieu du design de se rendre compte qu'ils s'engageaient sur une mauvaise voie pour établir de bonnes relations avec les designers. Nous les saluons pour avoir su être à l'écoute et reconnaître de s'être trompés (c'est suffisamment rare à notre époque), et nous leur rappelons leur engagement de se joindre à l'AFD pour nous épauler dans nos actions auprès du législateur, afin que les appels d'offres du design deviennent, enfin, plus équitables.

Emmanuel Cairo, correspondant AFD Paris


Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Quel est le pluriel de "mot" ?